Aux alentours

La cité médiévale de Sarlat

L'origine du joyaux du Périgord Noir

Capitale du Périgord noir, Sarlat est une cité historique un site touristique majeur de la Dordogne.  Elle est l’une des plus belles villes de France, avec pas moins de 66 monuments classés. Nous vous proposons de découvrir l’histoire de ce joyau du Périgord riche en patrimoine et en surprises.

Un peu d’histoire

L’origine de la ville de Sarlat est assez énigmatique. On lui attribue plusieurs hypothèses, mais on peut tout de même affirmer que l’histoire de Sarlat débute avec la fondation de l’abbaye. Selon la légende, Clovis aurait ordonné la construction de cette abbaye au début du 6ème siècle, mais la première mention écrite de cette abbaye daterait de 1081. Au 12ème siècle, elle devient puissante en étendant ses biens à tout le Périgord Noir ainsi qu’aux régions d’Agen et de Toulouse. C’est au cours de ce siècle que la lanterne des morts fut bâtie, en hommage au « miracle des pains » qu’aurait accompli Bernard de Clairvaux, grand abbé cistercien.


Guerre et peste

A partir du 13ème siècle, le pouvoir royal et communal amoindrit le pouvoir féodal et religieux. La peste envahit la ville en 1279 : 2500 personnes périssent, soit environ la moitié des habitants.

Entre la moitié du 14ème siècle et la moitié du 15ème siècle, la guerre de 100 ans fait rage en Périgord. Elle s’achève en 1453 par la bataille de Castillon, mais pendant toutes ces années, Sarlat n’a jamais été conquise militairement. Suite à cette guerre Sarlat arbore ses nouvelles armoiries : la Salamandre, qui prend la forme du S de Sarlat, surmontée de la fleur de lys, symbole royal.

Sarlat connait ensuite un siècle de paix. Au début du 16ème siècle, l’église Sainte-Marie est achevée. Les bâtisses de Sarlat s’embourgeoisent, chacun voulant montrer sa richesse, notamment grâce aux tours de noblesses qu’on peut apercevoir dans toute la ville.

 

Le saviez-vous ?

Cette épidémie de peste s’est étendue à l’Europe au début du 14ème siècle. Le problème ne fut résolu à Sarlat que grâce à la Vierge de Temniac. Depuis ce temps, on peut observer dans les ruelles de la cité médiévale une cinquantaine de niches dans lesquelles on peut voir des statuettes de Vierge, en hommage à celle qui a permis d’éradiquer l’épidémie de peste.

la Boétie

C’est aussi au 16ème siècle que la maison de la Boétie est érigée face à la cathédrale de Saint-Sacerdos, par Antoine de La Boétie. Son fils, le célèbre et brillant Étienne de La Boétie nait le 1er novembre 1530. C’est au parlement de Bordeaux, où il est nommé conseiller, qu’il rencontre Michel de Montaigne. Une amitié très forte les liera alors jusqu’à la fin de leur vie.

La Boétie meurt à l’âge de 33 ans. Montaigne se donne un point d’honneur à publier les œuvres de son ami défunt. Ses écrits ont inspiré Rousseau par la suite, qui évoque dans ses textes la lutte contre le pouvoir absolu et l’égalité naturelle entre les êtres.


4 siècles de transformations

Sarlat tombe pour la 1ère fois en 1574 suite à l’attaque du chef protestant Geoffroy de Vivans. Au cours du 17ème siècle sont érigés la chapelle des pénitents blancs, le Couvent des Récollets et le Couvent Sainte-Claire. Le nouvel hôtel de ville remplace l’ancienne mairie. Le célèbre collège Saint-Joseph est aussi érigé dans cette période.

Au 18ème siècle, la ville est embellie. La Révolution de 1789 n’affecte que peu la cité de Sarlat.

Au 19ème siècle, entre 1836 et 1840, la cité médiévale est coupée en 2 par « La Traverse » qui est aujourd’hui la rue commerçante principale de la ville. Suite à la Révolution industrielle, le train fait son apparition à Sarlat en 1882.

Au 20ème siècle, la ville de Sarlat perd 173 habitants suite à la Grande Guerre. Un réel traumatisme pour le monde rural…pendant la 2nde guerre mondiale, le Périgord, de par sa configuration géographique où figurent de nombreux abris, grottes ou forêts, abrite des nombreux résistants dans les « maquis ». Les nazis rentrent dans la ville de Sarlat en juillet 1944. Au total, près de 500 personnes à Sarlat périrent pendant la 2nde guerre, déportés ou morts au combat.

Le saviez-vous ?

Le jardin du Plantier est créé par Le Nôtre, le concepteur des jardins de Versailles, grâce aux relations de l’évêque François de Salignac de la Mothe-Fénelon, qui a contribué à la construction de nombreux bâtiments dans Sarlat dont l’actuelle cathédrale de Saint-Sacerdos.

André Malraux

Le renouveau du coeur de Sarlat

Un vaste programme de restauration

André Malraux, un ancien résistant périgourdin, instaure en 1962 une loi qui porte son nom, qui permet de protéger les « secteurs sauvegardés ». Cette loi a engendré la restauration de nombreux bâtiments dans Sarlat, qui devient Ville d’Art et d’Histoire.

Le célèbre architecte Jean Nouvel, né à Sarlat, rénove en 2001 l’église Sainte-Marie avec les portes monumentales de 17 mètres, couleur de la lauze. L’église abrite un marché couvert ouvert chaque semaine. Un ascenseur panoramique permet aujourd’hui d’avoir un point de vue inédit sur l’ensemble de la ville.

Aujourd’hui, Sarlat accueille près de 1 million et demi de visiteurs par an et se targue d’un ensemble architectural unique mélangeant époque médiévale et Renaissance. Elle est aussi renommée pour sa gastronomie et sa vie culturelle, notamment grâce aux nombreuses animations proposées par l’Office de Tourisme de Sarlat et la Mairie de Sarlat.